Manifestation à Nice en faveur des Policiers municipaux.

manifestation-policiers-municipaux

Henri REVEL est venu soutenir ce matin, mardi 4 mars, les Policiers municipaux, aux côtés notamment du Député-Maire de Nice et président de la Métropole Christian ESTROSI, qui manifestaient
pour la reconnaissance de leurs droits face au mépris affiché par l’Etat socialiste.

Les Maires et élus locaux demandent ainsi au Gouvernement et à François HOLLANDE d’arrêter les mensonges, les balivernes et la défiance à l’égard de la Police municipale.

Alors que la Police municipale représente la 3ème force de sécurité intérieure du pays et compte en France 25 000 policiers municipaux (dont près de 40 agents à Saint-Laurent-du-Var), le Gouvernement continue de mépriser tout ce qui représente l’Etat, l’autorité et la République.

Alors que des avancées sociales pour les policiers municipaux avaient été validées par la commission consultative des polices municipales présidée par Christian ESTROSI lui-même, Manuel VALLS a décidé, sans aucune concertation, lâchement, de ne pas appliquer cette décision.

Ce comportement s’inscrit dans la droite ligne de la politique gouvernementale actuelle où Madame TAUBIRA et Monsieur VALLS privilégient les délinquants au détriment des forces de l’ordre et des victimes.

Réponse à M. Moschetti !

JE RÊVE ÈVEILLÉ !
Ce M. Moschetti est à la fois Menteur et Mythomane, tout est bon pour calomnier,se mettre en avant et raconter des mensonges .Une campagne électorale doit rester digne. Il est maintenant le dieu sauveur des Laurentins…C’est donc grâce à son action que l’incinérateur a été abandonné.
ET POURTANT TOUT LE MONDE LUI A EXPLIQUÉ QUE CE N’ÉTAIT QU’UN PROJET DE CONCOURS ABANDONNÉ DEPUIS LE DÉBUT !
Mais non c’est Monsieur qui a fait capoter l’affaire.
Bravo!!!!!
Les Électeurs ne seront pas dupes …et n’accorderont aucun crédit à ce genre de provocation….

moschetti

Droit de réponse !

Chers amis,
La véritable campagne n’a pas encore commencée, cependant les différents groupes se forment et les premiers échos se font déjà entendre.
Je me propose dans cette rubrique de vous apporter, le plus souvent possible des éléments qui vous permettront d’éclairer votre lanterne et de pouvoir faire la part des choses en toute connaissance et toute honnêteté .
Un exemple récent :M Ghetti de l’équipe J Segura, annonce que « Revel  » dort et qu’il n’a pas fait grand chose…il cite le doublement du CD 95 et L’échangeur de la M602 bis!!!
Il oublie simplement de dire que la zone a été déclarée inondable quelques jours avant le début des travaux et nous n’avons jamais pu faire ce doublement alors que tout était prêt pour le faire!!!
L’échangeur de la Baronne aurait vraiment amélioré la circulation….mais il n’avait jamais été prévu au moment de sa programmation….sous l’ancienne municipalité ….dont faisait partie ce charmant collègue et il m’a fallu des années pour arriver à sa mise en œuvre …
Voici donc un bel exemple de mensonge démagogique dont sont et seront coutumiers les leaders de certaines listes.
À bientôt .

En campagne électorale, on ne peut pas dire n’importe quoi !

Un candidat fait circuler actuellement sur la commune de fausses nouvelles… c’est inquiétant !
- Création d’un incinérateur sur la plaine des Iscles : cette annonce inquiète légitimement nos concitoyens.
Mais je répète qu’il n’est nullement question de construire un tel édifice sur la commune; affirmer le contraire est pure diffamation ! . On ne peut se permettre ,surtout en période électorale, de raconter de telles inepties. Il faut respecter l’électeur.
Je vous laisse imaginer ce que pourrait être la suite si cette personne était élue…
- Il en est de même de l’affaire Cap 3000
Ce candidat vous affirme que le parking sera payant et qu’il y aura 80 places de stationnement supprimées dans les rues adjacentes.
Encore FAUX!!!!!
Le parking sera GRATUIT dans Cap 3000……et le stationnement identique à l’extérieur .

Les questions d’urbanisme à Saint Laurent du Var…la ville seule contre tous !

Les questions d’urbanisme, notamment celles liées au PLU et aux logements sociaux sont un sujet capital du développement d’une cité.

Saint-Laurent-Du-Var se « bat » au quotidien, pour garantir la préservation de l’intérêt général, et la protection optimale des intérêts particuliers.

Saint Laurent a proposé un Plan Local d’urbanisme qui n’a pas été retenu par l’Etat. Celui-ci augmente considérablement la surface des zones agricoles(37% contre les 20% proposés) là où précisément nous aurions pu prévoir plus d’urbanisation.
En outre, l’Etat refuse de lever la classification en zone inondable d’une grande partie littorale du Var… imaginez que le parc Layet, situé derrière la Mairie, côté village, à plus de 100 m du Var, est classé en zone inondable malgré nos demandes !
Et toujours dans le même temps, l’Etat exige que nous construisions davantage de logements sociaux, tout en réduisant la surface à notre disposition pour le faire, et tout en abaissant régulièrement sa participation financière à ce type de projet.

En gros, l’Etat nous dit « faites, faites avec moins, et surtout faites seuls ! ».

Alors bien sûr, les propriétaires de terrains, qui comptent légitimement sur la valeur que prendrait celui-ci en cas d’urbanisation, se sentent lésés quand ils comparent leur sort à celui de ceux qui peuvent le faire sur la commune…
Mais ce PLU, imparfait à nos yeux, est meilleur que l’ancienne version (le POS) puisque nous avons tout de même gagné en zones constructibles.
L’argument consistant à dire qu’il fallait refuser le PLU est sans fondement. Les PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) constituent les nouveaux documents d’urbanisme réglementaires appelés à remplacer les POS (Plans d’Occupation des Sols). Cette évolution fait suite à l’entrée en vigueur de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000. Cependant, tant qu’une commune ne s’est pas dotée d’un PLU, c’est son POS qui reste en vigueur tout en étant soumis au nouveau régime juridique des PLU.
Et le PLU n’est pas accessoire, il est obligatoire à terme. Et serait plus draconien encore dans quelques années, vu l’évolution des obligations et contraintes environnementales notamment. Nous avons limité les dégâts concernant notre développement urbain à venir.

Les logements sociaux
L’Etat fixe un impératif de construire des logements sociaux sous peine d’amende… alors qu’il réduit notre potentiel de zones constructibles (voir plus haut), qu’il amoindrit jour après jour sa participation aux financements, et qu’il classe énormément de zones de Saint Laurent en zones inondables !
Là aussi, il est facile de se complaire dans le « y’a qu’à, faut qu’on »…

« Y’a qu’à raser le point du jour » !
Bien entendu, nous arriverions un matin avec des bulldozers et de la dynamite, nous ferions tomber les tours… sans autorisation, sans feu vert de l’Etat et de la Métropole…

Et si il nous prenait l’idée de le faire, où relogerions-nous les habitants ?

« y’a qu’à reconstruire ailleurs ! »
Comme je l’ai expliqué plus haut, nous avons de moins en moins de terrains d’une part, et de terrains constructibles d’autre part. Mais admettons que cela soit facilement réalisable (ce qui n’est pas le cas pour les motifs évoqués ici). Reconstruisons « ailleurs ». Et voyons si les habitants d’autres HLM trouveraient ça formidable de ne pas bénéficier de la même mesure… sans parler de son coût !

« y’à qu’à rénover ! »
La rénovation est de la compétence exclusive du bailleur social (l’organisme qui gère les HLM).
Et d’ailleurs, en dehors de l’aspect esthétique, si ces logements ne donnent pas satisfaction, c’est parce que leur conception est désastreuse (isolation phonique, thermique, sécurité, …), et qu’on la doit à ceux qui se proclamaient à l’époque «maires bâtisseurs ».
Ce n’est pas à la Mairie de rénover ces logements. Si elle le fait, l’ensemble des Laurentins devra supporter une hausse des impôts conséquente. Pourquoi pas, mais l’accepteront-ils ?

« y’a qu’à ne pas s’occuper de ces habitants »
C’est une phrase que l’on entend aussi ! Il n’en est pas question. Il n’y a pas plusieurs catégories de Laurentins, les bons et les moins bons. Aussi la Mairie se bat-elle pour trouver des solutions.

Des solutions et des réponses :
- Le PLU, bien qu’insatisfaisant, est meilleur que le document qui existait jusque là, et est de toutes façons incontournable à terme.

Néanmoins, la Mairie se bat chaque jour et fait valoir ses droits et ses arguments auprès de l’Etat pour assouplir la classification en zone inondable de sites qui ne sont aucunement menacés.

- zones agricoles aux Iscles
Il faut trouver un compromis entre les impératifs environnementaux et écologiques demandés par le PLU, et par notre besoin d’urbanisation. Certains propriétaires ont été moins bien lotis que d’autres, c’est un fait. Mais l’intérêt général doit prévaloir. Peut-être certains débouchés agricoles sont à imaginer pour redonner une valeur plus importante à ces terrains ?

- Rénovation du Point du Jour
Nous avons proposé des plusieurs projets de transfert, bloqués par les problèmes de zonage du PLU… Et quant à la rénovation, nous sommes à l’écoute des propositions du bailleur social, qui doit être en première ligne sur le sujet. La Mairie se tiendra aux côtés des habitants pour faire avancer le dossier dans le bon sens.

Une rentrée réussie !

Merci a tout le personnel scolaire pour cette belle rentrée
Tout à été parfait pour recevoir nos enfants dans de bonnes conditions .
Nous avons fait une visite avec Monsieur l’inspecteur,qui s’est déclaré ravi de la façon dont cette rentrée s’est faite.
Bravo Mr GIORDANO vous avez été à la hauteur….l

Le parking du port est devenu payant

Merci a Mr Leporati qui s’exprimant sur NM à bien exprimé le fait que je n’etais pas favorable de mettre les barrières sur le port de St. Laurent. Malgré tout ,les commerçants (et les plaisanciers) dans leur majorité ont voté pour! L’avenir Nous dira qui avait raison !
Mais il faudra que le Yacht Club aménage les horaires de franchise et de gratuité pour satisfaire un maximum de personnes,même si nous sommes dans un lieu privé…..

Henri Revel récompensé pour sa bonne gestion

Henri Revel, Maire de Saint-Laurent-du-Var, a reçu une récompense pour sa bonne gestion communale. En effet, notre commune est l’une des mieux gérées de la région PACA. Une fiscalité très modérée et une volonté de favoriser les services à la personne sont les priorités politiques de Henri Revel et de son équipe municipale.

Bravo Monsieur le Maire !

Cliquez ici pour lire plus d’infos

La Promenade des Flots Bleus, bondée en été… comme en hiver !

Bonjour à tous,

Chaque fois que nous le pourrons (si possible chaque semaine), nous ferons un focus sur un quartier de votre ville. Cette semaine, la Promenade des Flots Bleus.

Et il en a été question lors du dernier Conseil Municipal. Nous y avons appris (ou remémoré pour ceux qui savaient) que le principe de cette formidable promenade appréciée de beaucoup de laurentins, a été voté par Henri Revel et ses colistiers sous le précédent Maire, et que la promenade a été prolongée sous la mandature d’Henri Revel.

C’est la seule promenade de Nice Côte d’Azur qui soit à la fois bordée de nombreux restaurants, bars, plages privées, et loin de la route. On peut s’y promener tranquillement, en famille.

Bien sur l’été elle bat au rythme des soirées et rendez-vous, fête de la musique, etc. C’est plage le jour, apéros, restaurant, et boite de nuit ou soirées en plages privées la nuit ! Il y en a pour tous…

Mais la Promenade des Flots Bleus ce n’est pas seulement ce rendez-vous estival très intense en juillet et août… C’est aussi La Promenade des laurentins toute l’année… Même et surtout au creux de l’hiver ! En effet, tous ceux qui y sont allés savent que dès qu’un beau samedi ou dimanche ensoleillé vient nous réchauffer en plein hiver, comme notre chère Côte d’Azur sait régulièrement nous le réserver, alors, la promenade devient noir de monde, les terrasses sont bondées, les cafés et restaurants font le plein ! C’est l’été laurentin.

C’est aussi un rapport privilégié qu’entretiennent les laurentins avec cet endroit particulier. Il y a la vie. Il y a les enfants, en tricycle, le papé (je suis sûr que vous l’avez déjà vu !)… bien vaillant et en tricycle aussi !
Il y a aussi les journées chevalet et ses nombreux artistes.

Il y a aussi l’Aquarium Naturel des Flots Bleus, sur la plage face au restaurant « La Cabanne ».
C’est mon ami Daniel Narcy qui s’en occupe, je lui dois des moments magiques, les pieds dans l’eau, au soleil, en plein hiver, où nous avons donné à manger aux mulets, aux dorades, et même un loup venu carrément à mon contact ! En effet chaque matin Daniel donne à manger aux oiseaux et poissons, et grâce à cela organise des actions pédagogiques avec des classes d’enfants. Vous pouvez le rejoindre il vous accueillera avec passion (canne pliée si vous êtes pêcheur, car en toute logique la plage est interdite de pêche), et je vous invite également à visiter le lien ci-dessus. Ses photos sont splendides.

Au dernier Conseil Municipal, il a été accordé à cette association l’installation d’un casier qui permettra de ranger les affaires nécessaires au bon déroulement de son activité.

La Promenade c’est aussi ses cygnes, des plages protégées qui permettent à tous et presque tout au long de l’année de s’y baigner à l’abri de la houle.
C’est aussi les trampolines pour les enfants, bref c’est un quartier unique, et personne ne songerait à le changer pour rien au monde !

Merci monsieur le Maire d’avoir été à l’origine de cette promenade qui réunie tant de laurentines et laurentins.

N’hésitez pas à laisser vos témoignage sur le blog, nous vous les publierons.

Cordialement,

Ce qui relève du juge, ce qui relève du maire

Bonjour à toutes et à tous,

Lors d’un litige entre un locataire et un propriétaire, doit-on saisir le juge, ou le maire ?

Une famille, récemment, a fait l’objet d’une demande d’expulsion, pour loyers impayés. En effet celle-ci avait suspendu les paiements suite à la dégradation du bien (problèmes d’humidité, de moisissure, etc).

Est-ce le rôle du maire de se substituer au juge et de donner raison ou tord à l’une des parties ?

A ce problème privé, s’ajoute la découverte selon laquelle le bien loué ne correspondait pas cadastralement à des appartements mais à des garages. De ce fait, la taxe foncière n’est peut-être pas la même. Si la ville s’estime lèsée, elle sera en droit de demander des indemnités et de poursuivre le propriétaire. Il est bien entendu évident qu’il est de toute façon complètement illégal de détourner l’utilisation première d’un bien immobilier sans autorisation préalable, et que ce changement d’usage est le coeur du problème.

Quant au relogement à loyer modéré, ou à une éventuelle demande de logement d’urgence, cela dépend des bailleurs sociaux (par exemple Côte d’Azur Habitat) ou de la préfecture qui dispose de logements d’urgences.

Pour l’heure, M le Maire, et Mme la sous-préfète, ont permis que cette expulsion soit suspendue. Les expulsions, en raison de la trève hivernale, étant suspendues du 1er novembre jusqu’au 15 mars 2012, j’espère pour cette famille qu’une solution sera trouvée d’ici là !

Mais il y a ce qui relève du Maire, et ce qui relève du juge. Bien souvent quelque opposant s’engouffre dans chaque problème pour essayer de mettre à mal la majorité. Nous aurons toujours la patience d’expliquer le rôle de chacun, et de nous battre au quotidien, auprès de vous, pour améliorer tout ce qui est de notre ressort. Sans polémiquer, en expliquant, et en restant humain.

Bien à vous,

Cyril

Vélos bleus : ce qu’il faut pas oublier… (article 1)

Bonjour à toutes et à tous,

Certains critiquent les vélos bleus, n’aimant pas leur look et leur reprochant de ne pas être des VTT pour affronter les collines des Alpes Maritimes…

Il faut tout d’abord leur rapeller que les vélos bleus sont issus d’une volonté politique d’utiliser un mode doux de déplacement, dont les niçois avaient été privés par l’ancien maire de Nice : plus de 1000 vélos avaient été achetés, et n’étaient tout simplement pas utilisés !!!

Ce fut une des découvertes de la nouvelle municipalité niçoise… Partant de là, on avait le choix entre les utiliser, ou les laisser rouiller au fond d’un garage… Bien entendu, non seulement ils ont été utilisés, mais chaque année le nombre et la longueur des pistes cyclables ne cesse d’augmenter.

Maintenant parlons des collines. Si nous avions un jour des VTT à la place des vélos bleus, les utilisateurs prendraient-ils les routes de montagne avec ? En réfléchissant un tout petit peu, et connaissant nos grimpettes, on se rend compte tout de suite que ce n’est pas leur vocation première.

Il y aura d’autres articles sur le sujet ! ;-)